Cloud

Le prestataire de Cloud Computing à qui le client confie ses données se trouve « gardien de la chose » (Statut définit dans le Code civil, article 1384). Celui-ci est alors tenu de conserver la chose (par exemple, les données) sans perte, vol ou détérioration et est obligé à restituer celle-ci à la demande du client.

La réglementation des données régie par la loi informatique et liberté régie par la CNIL, l’utilisation des clouds publics qui sont pour la plupart hébergés aux Etats Unis et même l’utilisation de cloud privés sur une autre territoire que celui de la France peut entrainer des contraires juridiques.

Le Cloud computing, autrement nommé par certains francophones «informatique en nuage» ou «infonuage» (pas tous heureusement!) est un concept informatique assez nouveau et novateur dans son genre. Son développement a permis un petit bouleversement technologique : Les sociétés ont la possibilité d’externaliser leurs installations informatiques et d’avoir une consommation «à la demande», l’offre s’adaptant en fonction de leurs besoins.

Ce bouleversement a vu éclore plusieurs plusieurs formes de Cloud : le Cloud public, le Cloud privé interne, le Cloud privé externe (ou privatif) et depuis peu le cloud hybride (mélange de Cloud publique et privé), qui se basent avant tout sur une qualité de service.